Asus ZenScreen MB16ACM : le test complet


La crise du coronavirus a transformé nombre d’entre vous en télétravailleurs. Parmi les moins chanceux, certains travaillent depuis des semaines non plus sur un PC fixe avec un, voire deux écrans, mais sur un ordinateur portable. Le hic pour de cette configuration, c’est que l’unique écran des PC portables est généralement bien plus petit que la moyenne des écrans « desktop », et rend difficile la manipulation et la bascule entre plusieurs documents. Quant à s’offrir un écran externe, encore faut-il avoir la place — et quid de son utilité après cette période atypique ?

C’est là que le Zenscreen MB16ACM d’Asus intervient. Un drôle d’écran, car il ne s’agit pas d’un modèle classique à prise HDMI ou DisplayPort, mais d’un écran portable (si, si) qui se branche en USB sur les appareils. Notez bien le mot « appareil » : le Zenscreen MB16ACM fonctionne non seulement avec votre PC ou Mac, mais aussi peut-être avec votre smartphone Android, dès lors que celui-ci intègre un mode « Bureau » (Samsung et Huawei notamment). Léger (800 g), facile à ranger, ce drôle d’écran de voyage est-il le partenaire parfait de vos prochains mois de télétravail ?

Un écran en goguette

Le Zenscreen MB16ACM appartient à une famille d’écrans nomades, une gamme d’afficheurs de 15,6 pouces embarquant plus ou moins de technologies. Notre modèle testé est une version « basique » sans chichis : la dalle Full HD IPS est non tactile, il n’y a ni haut-parleurs ni batterie intégrée. Pour profiter de tous ces raffinements il faut se tourner vers le MB16AMT, qui vaut 150 euros de plus (420 €) que notre MB16ACM à 269 euros. Un budget déjà conséquent, notamment pour les indépendants qui doivent eux-mêmes mettre la main au porte-monnaie. Mais qui peut s’avérer payant.

L’argument massue de cet écran c’est son faible encombrement : s’affichant à 780 grammes nu, il se fait discret dans un sac à dos — 1,19 kilo avec son étui de transport qui fait office de support (409 grammes à lui tout seul), son câble USB-C <> USB-C, l’adaptateur USB-C vers USB-A et le stylet de maintien vertical.

Son format « grosse BD » lui permet d’être glissé dans un sac à dos sans se briser le dos. De plus, il peut ainsi être utilisé pour faire des présentations à de petits groupes de clients, étudiants, etc. dès lors que l’audience ne va pas au-delà de 3-4 personnes. Il peut surtout être branché sur la plupart des ordinateurs Windows 10 sans installer de driver (il en faut un en revanche sous Mac OS Catalina) et se range aisément dans une bibliothèque si vous n’avez pas la place de le laisser sur un bureau.

Quant à l’utiliser dans un lieu de co-working ou un café, pas de souci… le jour où ils rouvriront, et à condition d’être dans un lieu suffisamment sécurisé.

Windows ou Mac OS

Nous avons testé le Zenscreen MB16ACM sur deux machines Windows et un Macbook Air. Dans le cas de Windows, l’écran est reconnu automatiquement par Windows 10 et le signal passe même par le biais d’un hub USB 3.0.

Cela étant, il vaut mieux installer l’utilitaire d’Asus pour paramétrer rapidement les options (régler l’engin via les menus intégrés à l’écran s’avère un peu fastidieux) et pour profiter de la rotation automatique. Et si aucune de vos prises USB ne gère le mode DisplayPort… alors il vous faudra installer un driver.

Pas le choix sous Mac OS : avec Catalina, il faut absolument passer par un driver, disponible sur le site d’Asus. Une fois installé, cela fonctionne aussi bien que sous Windows.

Testé en mode confiné, l’écran n’a pas bénéficié de notre batterie de mesures (luminosité sur plusieurs points, fidélité des couleurs, etc.), mais « à l’œil » il semble bien correspondre à un écran de 250 nits dont le taux de contraste s’affiche à 800:1. La qualité perçue est bonne, même si on est en deçà de ce que peut proposer un « vrai » écran, notamment en matière de luminosité maximale et d’angles de vision — c’est très convenable, mais on a vu bien mieux sur des écrans traditionnels. 

Productivité et confort (vraiment) accrus

Pas besoin de lire les études — forcément orientées — des fabricants quant à l’intérêt du double écran : s’il nous est difficile de quantifier à quel point nous sommes plus productifs en passant à un tel système, on fait rapidement la différence. En termes de productivité d’abord, à chaque fois qu’on change de document ou de logiciel bien sûr. Mais aussi en termes de confort. En gardant un document/logiciel de référence sur l’écran (les mails, un rapport, une fiche technique, etc.) on évite des manipulations de clavier souris qui font non seulement gagner des secondes, mais surtout qui fatigue mentalement.

Si vous avez un bureau avec les dimensions suffisantes et que vous travaillez suffisamment à la maison, prenez un « vrai » bel écran, qui sera plus lumineux, plus grand, plus performant côté dalle, etc. On trouve des moniteurs bureautiques 27 pouces Full HD à 100-150 euros. Mais si vous bougez beaucoup, passez d’un lieu à l’autre (et ça peut être du salon à la cuisine voire à la chambre si vous vous partagez le bureau avec votre moitié), le Zenscreen MB16ACM est un écran incroyable pour améliorer votre productivité dès lors que votre travail requiert de passer d’un programme/document à l’autre de manière constante — courriels, docs de travail, PDF, etc.

Le mode vertical, disponible en utilisant le stylo fourni (si, si, ne riez pas) que l’on place dans un trou de l’appareil peut être très pratique pour les longues listes, les documents à nombreuses entrées, etc. Mais du fait du ratio 16/9, on sera rapidement à l’étroit avec les nombreuses entrées verticales ou sur les images par exemple.

Du PC au smartphone (compatible)

La crise du coronavirus passée, un autre usage possible est le rôle de « téléviseur » mobile, pour regarder vos films et séries en voyage. Et ce, que ce soit sur une tablette d’avion, dans un camping-car, etc. en le reliant à votre smartphone Android. Le défaut (ou l’avantage) étant qu’il va rapidement drainer la batterie de votre téléphone et qu’au bout de 3 h, il vous faudra faire une coupure (c’est mieux pour les yeux, ceci dit). Il existe des modèles avec batterie intégrée si cela était un problème pour vous. Attention cependant : le mode écran ne fonctionne qu’avec les terminaux intégrant un mode « desktop » tels que les Samsung (DEX) ou Huawei (EMUI Desktop). Car si le code d’Android 10 comportait bien des mentions d’un mode bureau par défaut, Google ne l’a pas activé. 

L’Asus Zenscreen MB16ACM a fonctionné avec un P30 Pro et un Galaxy S20 Ultra, mais pas avec un OnePlus 6 ni avec un Google Pixel 4 XL. Vérifiez la compatibilité de votre terminal avant d’investir,  si la fonction « desktop » vous intéresse. Et attention au contenu que vous souhaitez exploiter : aucun problème pour vos films stockés localement (vos films… de vacances), mais Netflix ne fonctionnera pas; puisque la protection numérique ne permet l’affichage que sur l’écran certifié du smartphone.

Gaming PC : attention à la prise USB

Si vous avez un petit PC portable à grosses bordures d’écran, vous pouvez légitimement songer à utiliser le Zenscreen MB16ACM pour améliorer votre expérience de jeu. C’est tout à fait possible avec des jeux pas trop nerveux. Mais attention aux jeux de tir à la première personne (FPS) et autres jeux immersifs du genre : toutes les prises USB 3 ne sont pas égales. Sur une prise USB 3 supportant le Display Port de manière native, pas besoin de driver et la latence est acceptable. Mais si le DP over USB n’est pas supporté par défaut, la latence est alors trop élevée, impliquant un retard jusqu’à une demi-seconde, ce qui rend certains titres injouables.

Une fois encore, regardez la fiche technique de votre machine pour voir si le Display Port est nativement pris en charge et si c’est le cas, à vous Skyrim sur un écran 15,6 pouces (testé et approuvé).


source Link

Partagez avec vos amis
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Auteur de l’article : admin8820