Les véhicules autonomes ne sont pas aptes à conduire sous la neige



C’est ce que démontrent les travaux d’un professeur d’ingénierie informatique de l’université de Waterloo au Canada, Krzysztof Czarnecki, qui compile des données de conduite sous la neige et la pluie au Canada depuis 2018.

Après avoir développé son propre modèle de voiture autonome à la fin de l’année 2018, il a commencé à sentir les limites du système sur les routes enneigées et à commencer à travailler sur des données enregistrées dans de mauvaises conditions : neige, pluie battante, verglas, etc. L’un des problèmes majeurs vient que dans les conditions difficiles, les capteurs qui fonctionnent le moins mal sont les caméras. Mais ce qu’elles voient n’a plus de sens pour l’IA.

Le résultat ? « Le comportement de l’IA (en charge de la conduite, ndr) devient erratique. Elle commence à voir des choses qui ne sont pas là et rate aussi des éléments pourtant présents », explique Krzysztof Czarnecki. Appliqués à des conditions climatiques difficiles, les systèmes traditionnels de voiture autonomes s’effondrent.

Un autre problème qui inquiète Matthew Johnson-Roberson, professeur à l’Université du Michigan, est que « les gros acteurs ne sont pas concentrés sur le problème » des mauvaises conditions climatiques. « Il y a beaucoup de travail à réaliser sur les voitures autonomes en général, mais la conduite par mauvais temps va être un gros élément de différenciation ».

Quand arrive la glace, c’est encore pire, note Bryan Reimer Leonard, professeur au MIT. « La complexité des conditions hivernales va demander une énorme quantité de travail pour être correctement prise en charge par les technologies d’automatisation », ajoutant que quand la glace et le verglas entrent en jeu, le défi devient « incroyablement difficile ».

Vous savez désormais pourquoi les démonstrations de tous les acteurs de la voiture autonome se déroulent majoritairement dans des régions plutôt chaudes et pas trop humides. La voiture autonome est peut-être pour demain en Californie, mais les Lapons et les Canadiens vont devoir continuer d’éviter les élans et autres wapitis à la main.

Source : Wired


source Link

Partagez avec vos amis
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Auteur de l’article : admin8820